24/12/2018 – Publié dans Sud Ouest

Avec Oenocar, les bouteilles circulent en covoiturage

Le principe, lancé à la pépinière d'entreprises Montesquieu, est la mise en relation par le Net d'un producteur, un automobiliste et un client

HERVÉ PONS
h.pons@sudouest.fr

Pour Noël, les bouteilles de vins peuvent arriver toutes seules, comme par enchantement sur votre table enguirlandée. La Mère Noël s'appelle Daniela Da Silva. Son « pays » est Martillac et sa demeure, la pépinière d'entreprises de la Technopole Montesquieu.

Le mot magique n'est pas à prononcer en tournant sept fois sa langue dans la bouche, mais en piano tant sur le Net « Oenocar ». « Oeno » comme oenologie, « car » comme voiture. Et pas de bla-bla, bien qu'il existe une similitude d'esprit (mais aucun lien de parenté) avec la célébre plateforme de covoiturage qui, elle, fait ses beaux jours avec le transport collaboratif. Oenocar fait de même... mais avec des bouteilles.

Le principe, imaginé et mis en place par Daniela Da Silva et son associé Nicolas Vallet est une première en France. Il a demandé deux années de travail au deux start'upper. II est assez complexe à décrire, mais le site le décrypte facilement notamment avec une vidéo et des exemples didactiques,

Une soixantaine de châteaux

Il faut comprendre qu'Oenocar est une plateforme collaborative en ligne dont l'objet est de mutualiser des transports de vins, directement du producteur au consommateur.

« L'idée, s'enthousiasme Daniela Da Silva, qui travaille dans la filière viticole depuis une vingtaine d'années, est de faire découvrir des vins des terroirs, en limitant les intermédiaires entre le vigneron et le consommateur, et en annulant quasiment les frais de transport. » En somme, Oenocar apparaît comme un service de vente directe au chàteau sans que le consommateur n'ait à se déplacer. Oenocar s'appuie sur des trajets de particuliers qui se fournissent dans une liste de châteaux viticoles. Pour le moment, ils sont une soixantaine, répartis partout en France — le nombre est bien sûr appelé à grandir. À l'autre bout de la chaîne, il y a le consommateur qui compose sa cave sur Internet. C'est là que 3e acteur apparaît : le conducteur de la voiture qui envisage de se rendre d'un point A (le viticulteur) à un point B (le consommateur). Avant son voyage, il se connecte à Oenocar et consulte sur la liste des demandes celle qui peut le concerner.

Le vin à domicile en trois étapes

  1. Les oenotouristes saisissent en ligne leurs futurs trajets entre une région viticole et leur domicile et proposent de rapporter des bouteilles à des « voisins ». Le conducteur est récompensé par le vigneron qui lui offre 1 bouteille pour 10 bouteilles transportées.
  2. Les producteurs peuvent enregistrer des tournées de livraison qui ont l'intérêt de permettre d'augmenter leurs ventes directes et de compléter leurs tournées avec de nouveaux clients. Le site permet de programmer des alertes pour être informé des tournées.
  3. Les amateurs de vin ont accès, depuis chez eux, aux différentes opportunités de livraison, soit en saisissant leur lieu de résidence, soit en sélectionnant les vins mis en ligne par les producteurs. « Oenocar a pour avantage de limiter tes intermédiaires entre le producteur et le consommateur et de fortement réduire les coûts de transport, notamment sur de faibles quantités transportées », conclut Daniela Da Silva.

Le conducteur est « récompensé » par 10% de la valeur des vins qu'il achemine : soit il opte pour une bouteille à chaque fois qu'il en glisse 10 dans le coffre ; soit il préfère toucher 10% de la valeur en euros, pour mettre de l'essence dans le réservoir, par exemple.

Oenocar se rémunère à raison 90 centimes par bouteille, qui sont versés par le client final : c'est de cette manière qu'est monté le modèle économique. Et ça marche. Daniela Da Silva escompte que ça marche encore mieux dans l'avenir, avec davantage de participants. La courbe de croissance de la start-up est là pour la rassurer.

« D'un côté, il y a les grands noms du vin, ceux de domaine prestigieux maintes fois reconnus, et de l'autre coté, il y a des exploitations plus modestes qui cachent pourtant des crus élaborés avec talent et passion, qui n'attendent que d'être découverts », décrit Daniela Da Silva.

Seulement voilà, ces cuvées discrètes sont peu faciles à identifier, parfois uniquement disponibles en vente directe chez le vigneron. « Notre plateforme s'adresse principalement à des petites propriétés qui assurent elles-mêmes l'ensemble des processus de production et de commercialisation, et qui ne disposent pas de ressources pour dynamiser leurs ventes », poursuit la cofondatrice du site.

Une formule gagnant-gagnant

La plateforme devrait connaître le succès pour une simple et bonne raison : tout le monde en ressort gagnant. Le vigneron qui a inscrit ses nectars en ligne et qui ne dispose pas d'une bonne visibilité dans les appellations et leurs pléthore de châteaux. Pour lui, c'est un moyen d'augmenter ses ventes directes, les plus intéressantes car elles se passent d'intermédiaires. Avec Oenocar, elles se passent aussi de frais de transport, seuls les 10 % remis au conducteur étant payés par le viticulteur. De son côte, l'amateur de vin obtient un produit « direct de la propriété » sans avoir à se déplacer loin ou seulement jusqu'au point de rencontre dont il a convenu avec l'automobiliste. Évidemment, système de paiement est securisé.

Les appellations

Les vins disponibles sont en majorité des bordeaux (24 châteaux) ou des châteaux d'Alsace (2 vignerons), Champagne (13 producteurs), Beaujolais (1), Languedoc-Roussillon (5), Vallée de la Loire (8 étiquettes) et Vallée du Rhône (2) Les catégories se répartissent en « vins bio », « vins natures » « vins sans sulfites » « vins en biodynamie » Et les prix ? « Il s'agit, par principe, de vins abordables », assure Daniela Da Silva. Le site montre des bouteilles à 4 euros. et beaucoup dans la fourchette des 10-20 euros.

Paiement sécurisé
Livraison éco-responsable
par transport collaboratif
Direct du producteur
Prix de vente propriété
Option livraison par transporteur
France et Europe